L’environnement sonore fait partie intégrante du quotidien des travailleurs et il peut constituer un risque sanitaire et social lorsque les niveaux de bruit sont élevés. Le bruit au travail dans le sens où il est non désiré peut également être vécu comme une nuisance même à des niveaux plus modérés. Il peut nuire à la concentration, au moral ou au sommeil, et avoir des conséquences plus graves sur le long terme. En outre, force est de constater que les hommes et les femmes sont inégaux face à la pollution sonore dans leur environnement de travail, non pas d’un point de vue biologique, mais social et culturel. Focus.

Le bruit au travail affecte la santé

L’Agence de Protection de l’Environnement des États-Unis (EPA), dans son guide “Noise Effects Handbook“, précise qu’un bruit excessif peut créer une distraction et une fatigue mentale qui peuvent nuire au jugement des travailleurs et réduire le moral. À certains niveaux, une pollution sonore constante peut interférer avec les communications professionnelles nécessaires ou même couvrir le son des alarmes de sécurité. Un environnement de travail bruyant exerce un stress sur les employés, qui doivent trouver des moyens de contourner l’obstacle.

L’EPA cite ce qui suit comme les résultats sanitaires possibles de la pollution sonore :

  • Maladies liées au stress
  • Hypertension
  • Interférences dans le langage
  • Perte auditive
  • Perturbations du sommeil
  • Perte de productivité
  • Anxiété

Par ailleurs, selon une étude conduite par l’Université de Californie de Los Angeles (UCLA), la pollution sonore à des niveaux suffisants peut entraîner une perte auditive due au bruit. Un bruit excessif peut avoir un effet négatif sur le système cardiovasculaire et la mémoire à court et long terme.

Le bruit au travail peut être un réel problème pour le bien-être des hommes

Une étude menée par l’Université du Michigan a révélé que le bruit chronique sur le lieu de travail entraînait une augmentation de la pression artérielle et de la fréquence cardiaque. Les maladies chroniques sont la principale cause de décès chez les hommes et les femmes, selon les autorités sanitaires. Cependant, les maladies cardiaques touchent toujours plus les hommes que les femmes avec un ratio de 119 hommes pour 100 femmes affectées.

De plus, un bruit excessif peut affecter le bien-être émotionnel des employés et les rendre plus moroses et déprimés. Réduire autant que possible le bruit au travail peut contribuer à améliorer la santé des salariés.

Les hommes sont seuls face au bruit au travail

Il est important de noter que les hommes dans nos sociétés modernes et industrialisées sont moins enclins que les femmes à jouer un rôle actif dans le maintien de leur propre santé. Ils sont également moins à l’écoute des messages de prévention que les femmes concernant l’importance de leur santé et de leur bien-être. Ils sont aussi moins susceptibles de demander une aide professionnelle pour des problèmes de santé, en particulier ceux de nature émotionnelle.

Certaines des raisons sociales et culturelles de ceci incluent :

  • La définition occidentale de la masculinité inclut la force et le silence. Les hommes peuvent estimer que c’est un signe de faiblesse de demander de l’aide.
  • Certains hommes, en particulier lorsqu’ils sont jeunes, ont tendance à agir comme s’ils étaient invulnérables. Cela peut entraîner des comportements destructeurs tels que le recours à des médicaments ou à l’alcool, une conduite imprudente ou d’autres comportements à risque.
  • Les femmes sont plus susceptibles d’avoir des contacts réguliers avec les médecins en raison de problèmes de santé spécifiques au sexe, comme la grossesse et la ménopause.
  • Les services de santé connaissent mieux les femmes, c’est pourquoi les politiques de santé nationales devraient être “plus favorables” aux hommes.
Le bruit au travail peut conduire à des comportements destructeurs

Prévenir le bruit au travail

Dans les secteurs à prédominance masculine, comme notamment les métiers du bâtiment, le bruit au travail peut être un réel problème pour le bien-être des hommes, surtout s’ils sont moins disposés à s’exprimer que leurs homologues féminins. C’est pourquoi il est si important pour les chefs d’entreprise de s’assurer que les hommes ne sont pas oubliés et que leur santé est surveillée régulièrement.

Des tests audiométriques (tests auditifs) et des évaluations du bruit au travail devraient être effectués, surveillés et gérés régulièrement afin de minimiser les problèmes de bruit, réduisant ainsi la probabilité de stress et de santé mentale, mais également la probabilité de perte auditive.

L’utilisation de sonomètres, de dosimètres et d’autres instruments de mesure du bruit peuvent aider à trouver des solutions pour les employés dans leur environnement de travail. Cela peut passer par le port de casques antibruit ou de bouchons d’oreille afin d’atténuer le bruit ambiant.

Port de casques antibruit ou de bouchons d’oreille afin d’atténuer le bruit au travail

POSTER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici